Contexte

Universalité

« L'accessibilité numérique s'inscrit dans un objectif plus large d'universalité du Web, défini par le consortium international W3C comme le fait de mettre le Web et ses services à la disposition de tous les individus, quel que soit leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales. »

Source : Berners-Lee Tim

Mais si l'accessibilité fait bien partie de cet objectif d'universalité, il s'agit d'un enjeu particulier concernant les personnes pouvant avoir des besoins spécifiques liés à un handicap.

Adaptations spécifiques

L'objectif d'universalité du Web emporte avec lui une approche de conception du Web qui veut qu'une même interface soit adaptable et modifiable à souhait selon les besoins des internautes. On parle de conception universelle. Il est donc toujours souhaitable de revoir la publication et/ou l'interface pour qu'elles prennent en compte les besoins du plus grand nombre, plutôt que de faire des versions « à part » destinées à des utilisateurs ayant un handicap particulier.

Toutefois, cette règle tolère une exception quand les aménagements à faire pour rendre le contenu ou la fonctionnalité accessible à un public particulier peut nuire à certains internautes ou nécessiter des coûts déraisonnables. Il est recommandé dans ce cas de mettre en place des adaptations spécifiques, dédiées au type de handicaps visé.

Ainsi, des hauts contrastes de luminosité entre couleur de texte et arrière-plan peuvent être nécessaires pour certains internautes et rendre au contraire la lecture difficile pour d'autres. Un bouton permettant de changer les couleurs du site à la demande constitue une adaptation spécifique acceptable dans ce cas.

Autre exemple, certains internautes ayant une déficience intellectuelle auront besoin d'une version simplifiée des textes pour pouvoir les comprendre. Il n'est ni possible, ni même souhaitable que tous les textes soient en version facile à lire et à comprendre (FALC).

Handicap

Le handicap est défini en France comme une altération substantielle, durable ou définitive, d'une ou plusieurs fonctions et pouvant entraîner une limitation d'activité.

S'il est difficile d'avoir des chiffres précis et récents, on estime qu'entre 15 et 20 % de la population a un handicap (INSEE août 2009 et OMS décembre 2015)

On parle désormais de situation de handicap : une personne en fauteuil roulant évoluant dans un environnement accessible et n'ayant pas de limitation d'activité ne sera pas considérée comme handicapée.

C'est donc à l'environnement de s'adapter pour permettre à chacune et à chacun, quelles que soient ses capacités physiques ou mentales, d'y accéder. Un environnement inaccessible est donc un environnement handicapant.

Quatre principes

La WAI a créé des bonnes pratiques pour rendre les sites web compatibles avec l'accessibilité : il s'agit des règles d'accessibilité pour les contenus Web.

Ces règles internationales sont aussi une norme ISO, et sont reconnues par la loi française comme la norme de référence.

Elles sont conçues autour de quatre grands principes :

  1. Perceptible : l'information et les composants de l'interface utilisateur doivent être présentés à l'utilisateur de façon à ce qu'il puisse les percevoir.

  2. Utilisable : les composants de l'interface utilisateur et de navigation doivent être utilisables, notamment au clavier.

  3. Compréhensible : les informations et l'utilisation de l'interface utilisateur doivent être compréhensibles, et permettre notamment à l'utilisateur de garder une certaine maîtrise de sa navigation.

  4. Robuste : le contenu doit être suffisamment robuste pour être interprété de manière fiable par une large variété d'agents utilisateurs, y compris les technologies d'assistance.

Un droit humain

L'accessibilité des personnes handicapées a été reconnue par les Nations Unies lors de l'adoption de la convention relative aux droits des personnes handicapées en 2007.

Cette convention reconnaît l'accessibilité de l'Internet comme un droit pour les personnes handicapées.

Tout refus d'aménagement raisonnable est considéré comme une discrimination.